Déforestation : un fléau dénoncé par la presse - Presse RetroNews-BnF

Déforestation : un fléau dénoncé par la presse

Publié le 25/05/2017
Déboisement en Guyane pour édifier une usine - Source : Gallica


Inondations, sécheresse... Pendant des décennies, la France a connu les ravages de la déforestation, fléau régulièrement dénoncé par la presse.

"Le mot est aussi barbare que la chose ; l'un ne devrait pas plus exister que l'autre ; mais, puisque cet affreux mot existe, tâchons de remédier à la chose ; en supprimant celle-ci, nous finirons peut-être par supprimer le vilain mot. Et ce sera tout bénéfice." En 1906, le journal Le Rappel alerte sur les dangers d'un fléau pourtant connus depuis des décennies.

Dès 1827, un député à l'origine du code forestier avait mis en garde par ces mots :

"Ce n’est pas seulement par les richesses qu’offre l’exploitation des forêts sagement combinée qu’il faut juger de leur utilité : leur existence même est un bienfait inappréciable pour les pays qui les possèdent, soit qu’elles protègent et alimentent les sources et les rivières, soit qu’elles soutiennent et raffermissent le sol des montagnes, soit qu’elles exercent sur l’atmosphère une heureuse et salutaire influence. La destruction des forêts est souvent devenue, pour les pays qui en furent frappés, une véritable calamité et une cause prochaine de décadence et de ruine."

Pourtant, entre 1840 et 1890 notamment, la France a subi de plein fouet les conséquences d'une déforestation massive, comme le note La Croix en 1909 :

"La liste serait interminable des catastrophes qui ont ravagé nos montagnes des Alpes, des Pyrénées, des Cévennes et des inondations qui ont dévasté les vallées de la Loire, de la Garonne, du Rhône."

Et le journal catholique d'appeler l'État à réagir :

"C’est la destruction de la forêt qui occasionne les avalanches, les glissements de terrain, les débordements des rivières. C’est la reconstitution de nos massifs boisés qui empêchera le retour de ces fléaux."

Dès les années 20, le lien entre déforestation et dérèglements climatiques est pointé du doigt. En 1922, alors qu'une nouvelle vague de sécheresse menace la France, L'Ouest-Éclair écrit :

"L'heure est donc enfin venue de tourner les regards vers les forêts du monde entier, et de se demander si, pour ramener l'harmonie dans la nature, il ne conviendrait pas de ramener la forêt sur des superficies appréciables, de façon à épanouir la lame d'eau tombée à la surface entière de la terre. En cela faisant, on atténuerait certainement la violence des inondations, comme aussi la persistance des sécheresses, car, ne l'oublions pas, inondations et sécheresses sont nées d'une même cause : la déforestation de certaines contrées du globe.
Il faudrait s'enfoncer cette idée dans la tête
 !"

En 1930, l'inondation du siècle dans le Tarn-et-Garonne mettra à nouveau en lumière l'urgence de mettre un frein à la déforestation française.

 


Déforestation
sécheresse
inondations

Découvrez aussi

40 morts, un seul survivant. En 1936, les disparitions du navire et de l'explorateur Jean-Baptiste Charcot suscitent une immense émotion en France.
10 septembre 1896, "un tourbillon dévastateur est passé sur la ville de Paris". La tornade qui s'est abattue sur la capitale a semé la désolation dans les rues parisiennes.
1780, un ouragan dévaste les caraïbes. Lorsque les informations parviennent à la presse française, deux mois se sont écoulés et rien ne laisse penser qu'il s'agit de ce qu'on retiendra des siècles plus tard comme le "Grand Ouragan".
Le 15 avril 1912, le Titanic coulait. Les unes de la presse française du lendemain sont plutôt étonnantes...
En 1937, le dirigeable allemand Hindenburg tue 36 de ses 100 passagers. Le crash, relayé par des reportages radio et des photos dramatiques, met fin à la courte ère des zeppelins.
Depuis mardi, la Seine a débordé de son lit. On est toutefois encore loin de la terrible crue de 1910, le plus important débordement connu de la Seine après celui de 1658.
ScrollTop
Loading…