Hélène Jégado, la serial killer à l'arsenic - Presse RetroNews-BnF

Hélène Jégado, la serial killer à l'arsenic

Publié le 12/12/2016
L'empoisonneuse Hélène Jégado ; éd. Pellerin ; 1852 - Source Gallica BnF


Elle aurait attenté à la vie de 97 personnes, dont 60 ont succombé. Les crimes d'Hélène Jégado font d'elle la tueuse en série la plus meurtrière du XIXe siècle.

Qu'est-ce qui poussa Hélène Jégado, née en Bretagne en 1803, à commettre pendant dix-huit ans une série d'empoisonnements à l'arsenic, tuant indistinctement hommes, femmes et enfants ? Lorsqu'elle est enfin arrêtée, le 2 juillet 1851, personne ne le sait. Plus d'un siècle et demi après, les historiens non plus.

 

Sa culpabilité, pourtant, ne fait aucun doute. Le 19 décembre 1851, Le Journal des débats politiques et littéraires, dans un long article, revient sur la longue liste de crimes signés par l'empoisonneuse. Cuisinière de profession, celle-ci en profita pour garnir de poison les plats de ses victimes dans les différentes villes bretonnes où elle s'installa de 1833 à 1841.

 

"Chassée du presbytère de Seglien, par suite de son mauvais caractère et de ses habitudes d'intempérance, on la voit successivement méchante par plaisir au couvent d'Auray, immorale dans la même ville, hypocrite partout, affichant des sentiments religieux, de l'affection pour ses maîtres, qui, bientôt après son entrée chez eux, tombaient malades et mouraient en quelques heures. Dans la seconde période de sa vie, on retrouve chez elle les mêmes vices, les mêmes crimes, mais elle devient en outre voleuse."

 

À l'époque, le choléra fait rage, et comme les symptômes d'empoisonnement à l'arsenic sont très proches de ceux de la maladie, tout le monde n'y voit que du feu. Il faut attendre pour la voir démasquée la sagacité de son employeur du moment, l'avocat Théophile Bidard de la Noë, de Rennes, qui demande une autopsie après la mort plus que suspecte de ses deux gouvernantes successives et d'une de ses servantes.

Interrogée lors de son procès par le juge de la Cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, Hélène Jégado nie tout en bloc.

 

"D. N'êtes-vous pas allée ensuite au presbytère de Guern, et n'y a-t-il pas eu dans cette maison de nombreux décès ?
R. Le feu prit au lit de M. le recteur, et cela causa une telle émotion, que beaucoup de personnes moururent après.
D. Ces sept personnes sont mortes du 28 juin au 3 octobre, le père, la mère, un enfant, une femme qui mangeait à la cure, le curé lui-même, Françoise Duffray, enfin votre propre sœur
 ?
R. C'est vrai, ils sont morts en vomissant
 ; ma sœur n'a pas vomi beaucoup."

 

La justice ne retient que cinq meurtres, pour cause de prescription. Mais on estime aujourd'hui qu'Hélène Jégado a causé la mort d'une soixantaine de personnes en tout. Condamnée à mort, elle avoue ses crimes à un abbé qui vient la voir en prison. Elle est guillotinée à Rennes le 26 février 1852. La presse nationale, toute occupée par les suites politiques du coup d'État du 2 décembre, en parlera à peine.  

 


Découvrez aussi

En septembre 1933, s'ouvre le procès très médiatique des deux sœurs accusées d'avoir tué leurs patronnes. Leur geste demeure mystérieux.
En 1910, la presse se passionne pour le procès de Marie Bourette, dont la jalousie pathologique a coûté la vie à un jeune ténor en pleine ascension.
En 1886, Henri Blot, ancien fossoyeur, est arrêté et condamné pour avoir commis des actes sexuels sur deux cadavres qu'il a déterrés dans les cimetières de Saint-Ouen.
La mutinerie de l'équipage du « Bounty », épisode mythique de l'histoire de la marine anglaise, fut largement commentée par la presse de l'époque.
En 1892, l’accès de folie d'un garçon boucher de l’avenue des Ternes qui tua sa patronne et maîtresse défraya la chronique.
En 1941, le futur écrivain Georges Arnaud ("Le Salaire de la Peur") est accusé d’un triple meurtre, puis acquitté à l’issue d’un procès qui passionna la France.
ScrollTop
Loading…