La chute de Robespierre dans la presse

Publié le 23/03/2017
Journal de la liberté de la presse - No. Ier. 17 fructidor, an 2me de la République - Source BnF


Le 9 Thermidor an II, Robespierre est arrêté. Pour ses opposants, l'Incorruptible s'est mué en tyran. La Convention le fait guillotiner le 10 Thermidor, aux côtés de Saint-Just, Couthon, Hanriot, Payan... La presse parisienne, foisonnante depuis le début de la Révolution, ne couvre pas l'événement.

En partenariat avec L'Histoire, retrouvez une sélection d'archives de presse issues des collections de la BnF sur la chute de Robespierre, le 9 Thermidor 1794.

 

Dans les jours qui suivent la mort de celui qui deviendra l'incarnation de la Terreur, le silence prudent de la presse se déchire, dévoilant les complots, relayant les accusations contre les robespierristes, fabriquant ce qui deviendra un symbole de libération de la presse. Le Cri des victimes de la tyrannieLe Patriote révolutionnaireInsurrection en faveur des droits du peuple souverain, mais aussi Journal de la liberté de la presse de Gracchus Babeuf, autant de titres qui paraissent et s'attachent à clore et à dénoncer la séquence historique précédente.

 

Comme l'écrit Jean-Clément Martin sur cette couverture par la presse de la chute de Robespierre, "vrai et faux se mêlèrent si bien qu’il demeure toujours impossible de faire un bilan des noyades et que la confiance dans les publications ne peut que demeurer incertaine. C'est donc avec ces précautions qu’il faut aborder les témoignages de ce moment particulièrement chahuté. Ces sources demeurent indispensables ; elles rendent compte de ce qui fut vécu, si l’on veut bien les mettre dans cette perspective".

 

Revue de presse de quelques publications conservées à la Bibliothèque nationale de France.

 

Bulletin des armées du Nord, de Sambre et Meuse - N° 558 - 14 Thermidor 1794.

 

Retranscription de la séance de la Convention nationale du 13 Thermidor, où David, accusé, doit se défendre de son soutien à Robespierre.
 

"David entre dans la salle, on demande qu'il soit entendu. Je ne connais pas, dit-il, les dénonciations qui sont faites contre moi." [...] "Goupilleau interpèle David de déclarer si, après que Robespierre eu prononcé ses discours ou plutôt ses actes d'accusations, il n'a pas été l'embrasser en descendant de la tribune et s'il ne lui a pas dit : si tu bois la ciguë, je la boirai avec toi."​

 

armes2_2.jpg

Source BnF

 

Le Patriote révolutionnaire - N°1 - Fructidor 1794 - Journal signé Gilliberd.
 

"Je ne suis point orateur, je suis un patriote ferme et zélé, abhorrant le sang, et implacable contre les ennemis du Peuple [...] La Convention a toujours été inébranlable, elle a déjoué les ruses et leurs menées [...] sa fermeté s'est déployée pour terrasser ces anthropophages et ne faire que le bien public. Les Lafayette, Brissot, Dumouriez, Hébert, Danton et Robespierre, ont été les victimes de leurs propres forfaits."

 

Et de décrire la suite de la Révolution en ces termes :
 

"Nous avons un alphabet, suivons-le jusqu'à la fin."

 

 

patriote_1.jpg

Source BnF

 

Le Cri des victimes de la tyrannie - N°1 - Fructidor 1794 - Journal signé Boulay.

 

Cette publication est symptomatique de ce "cri" de libération qui semble suivre Thermidor et que l'on retrouve dans d'autres publications aux titres évocateurs de Journal des amis de la paix ou Insurrection en faveur des droits du peuple souverain.
 

"Depuis l'époque à jamais mémorable du 9 Thermidor, les amis de l'ordre et de la paix ont commencé à respirer. La terreur qui comprimait toutes les âmes, a fait place à la douce espérance. Le vaisseau de la Liberté, échappé aux écueils de l'anarchie, aux brisants du despotisme, parait enfin voguer à pleine voile vers le port. Les lois, l'humanité, la justice, trop longtemps exilées de cette terre, y seront désormais respectées."​

 

 

Journal de la liberté de la presse - N°1 - 17 FructidorSigné par Gracchus Babeuf.

Gracchus Babeuf livre dans ces lignes un portrait double de Robespierre et un plaidoyer unique pour la continuation de l'œuvre révolutionnaire liée à la liberté de la presse. Le journal change de titre dès le 5 octobre 1794 devenant Le Tribun du peuple, ou le Défenseur des droits de l’homme.
 

"J'ouvre ma tribune pour plaider les droits de la liberté de la presse. Je fixe un point pour lui rallier un bataillon de défenseurs. [...] Robespierre, dont la mémoire est aujourd'hui si justement abhorrée, Robespierre dans lequel il semble qu'on doive distinguer deux personnes, c'est-à-dire Robespierre sincèrement patriote et ami des principes de 1793, et Robespierre ambitieux, tyran et le plus profond des scélérats depuis cette époque ; ce Robespierre, dis-je, alors qu'il fut citoyen, est peut-être la meilleure source où il faille chercher les grandes vérités et les fortes preuves des droits à la presse. C'est avec les armes qu'il a laissées que je commencerai le combat de sophismes contre les raisonneurs du jour."

 

Pour aller plus loin, découvrez parmi les ouvrages de BnF collection ebooks et de Collection XIX :

La Vie de Maximilien Robespierre de Liévin-Bonaventure Proyart
Téléchargez sur iTunes / Amazon / Google Play / leslibraires.fr / Kobo

Histoire politique de la Révolution française d'Alphonse Aulard
Téléchargez sur iTunes / Amazon / Google Play / leslibraires.fr / Kobo

Mémoires et souvenirs sur la Révolution et l'Empire de Georges Lenôtre
Téléchargez sur iTunes / Amazon / Google Play / leslibraires.fr / Kobo

La Corruption parlementaire sous la Terreur d'Albert Mathiez
Téléchargez sur iTunes / Amazon / Google Play / leslibraires.fr / Kobo

Gracchus Babeuf et la Conjuration des Égaux de Philippe Buonarroti
Téléchargez sur iTunes

Un épisode du temps de la Terreur d'Augustine-Éléonore de Pons
Téléchargez sur iTunes

 


Découvrez aussi

En 1907, le quotidien socialiste consacre un numéro au soulèvement parisien. Y figurent des textes de Jaurès, Marx, Vallès ou encore Théophile Gautier.
Dans l'entre-deux-guerres, la forte immigration italienne, incitée par le patronat et les pouvoirs publics pour reconstruire le pays, effraie une partie de l'opinion et de la presse.
En janvier 1876, l'auteur des "Misérables" se présente aux premières élections sénatoriales de la Troisième République. L'occasion de défendre dans la presse sa vision de la France.
En septembre 1936, face à la montée du nazisme, le chef du gouvernement de gauche Léon Blum réaffirme les principes de la Révolution de 1789.
En 1906, le modéré Armand Fallières, soutenu par les radicaux, est porté à la présidence de la République. L'homme est perçu comme "honnête et tranquille".
En 1906, le président de la République Émile Loubet décide de ne pas briguer de second mandat, convaincu d'avoir fait "tous les efforts pour le bien de son pays".
ScrollTop
Loading…