La création du parc des Buttes-Chaumont en 1867 - Presse RetroNews-BnF

La création du parc des Buttes-Chaumont en 1867

Publié le 21/05/2017
Le parc des Buttes-Chaumont, 1890-1900 ; source Gallica BnF


Il y a 150 ans, la presse s'émerveillait devant le tout nouveau parc créé dans la capitale, "la plus belle chose que Paris puisse montrer".

Dans les dernières années du Second Empire, l'empereur Napoléon III prend Londres en exemple et veut aérer la capitale. Outre les travaux qu'il confie à Haussmann, il demande à l'ingénieur Jean-Charles Alphand de construire un parc aux buttes Chaumont, un lieu alors insalubre situé sur l'ex-commune de Belleville (rattachée à Paris en 1860). Le site, anciennement appelé "mont Chauve", fut une carrière de gypse avant d'être transformée en décharge.

L'architecte Gabriel Davioud, l'ingénieur Eugène Belgrand et le jardinier Jean-Pierre Barillet-Deschamps participent au projet. Le parc est inauguré le 1er avril 1867, après trois ans de travaux. Superbe jardin à l'anglaise, il séduit aussitôt les journalistes avec son lac, son belvédère, ses falaises et sa grotte artificielle.

 

La Presse du 28 février, si elle rappelle que "tout est à faire dans les quartiers qui entourent ce beau parc", n'hésite pas à placer celui-ci "au premier rang des curiosités parisiennes". Tout comme Le Petit Journal du 28 mars qui affirme que le parc des Buttes-Chaumont est "la plus belle chose que Paris puisse montrer". Et de rappeler ce qu'était le lieu avant la création du parc :

"Tout était là réuni comme à plaisir – le laid, l'horrible, le dangereux, le puant, l'infect ! La nature y avait mis la sécheresse, l'aridité, des fondrières impossibles ; l'homme y avait établi des dépôts de poudrette et des ateliers d’équarrissage. Pouah !"

Plus rien à voir avec le résultat actuel... Le journaliste s'extasie surtout devant la vue offerte par le parc :

Quel coup d'œil ! quel horizon ! Devant soi Montmartre à l'état de pittoresque perspective ; à gauche Paris, Paris, c'est tout dire !

Il continue sa description dans le numéro du 30 mars :

"Les deux précipices que nous avons à côtoyer ont à notre droite, le chemin de fer de ceinture dans son déblai, tout gazonné et garni d'arbres verts ; à notre gauche, la partie la plus pittoresque du parc, celle qui appelle l'attention d'une manière tout à fait invincible. Ici, en effet, le parc se creuse brusquement en une vallée de 35 à 30 mètres de profondeur pour le moins ; au fond de cette vallée, un lac et non un lac de square, mais un lac de 10.000 mètres de superficie que termine en ce moment une véritable nuée d'ouvriers qui, de la hauteur d'où on les voit, semble presqu'une fourmilière en travail ; au milieu de ce lac, une roche basaltique énorme, une véritable falaise d'Etretat de 50 mètres de haut ; sur cette roche, un temple, un temple rond à colonnes, la reproduction du temple de la sibylle à Rome."

Le journaliste Timothée Trimm renchérit le 14 août en insistant sur les bienfaits du lieu pour les poumons des Parisiens :

 

"Quand on fait des buttes Chaumont un parc splendide, je me dis que son plus attrayant avantage pour les promeneurs futurs sera l'excellent air qu'on y respirera avant de redescendre dans les profondeurs de Paris."

Avec ses 25 hectares de superficie, le parc des Buttes-Chaumont reste un des plus grands espaces verts de Paris.

 


buttes-chaumont
Paris

Découvrez aussi

En 1927, un journaliste de Paris-Soir signe une série de reportages sur la vie nocturne dans les quartiers louches de la capitale.
Cet aventurier sicilien, qui se disait sorcier et immortel, obtint un succès prodigieux dans la bonne société française du XVIIIe siècle, avant de se voir condamné par l’Église.
La célèbre cartomancienne française Marie-Anne Lenormand fut consultée pendant des décennies par des personnages politiques tels que Napoléon, Robespierre ou encore Saint-Just...
Le 28 juillet 1894, "Le Figaro" consacre trois pages de son supplément littéraire aux 100 ans de l’exécution de Robespierre. Un anniversaire hautement polémique, comme l'explique l'historien spécialiste de la Révolution française Jean-Clément Martin.
Au XVIIe siècle, l'affaire des possédées de Loudun défraya la chronique. En 1825, dans les colonnes du "Globe", un savant tente de lui donner une explication.
En 1902, la presse s'intéresse à un étrange cas de "démonomanie" : sœur Saint-Fleuret, une religieuse aveyronnaise, semble possédée par le diable.
ScrollTop
Loading…