Maurice Leblanc nous parle d'Arsène Lupin - Presse RetroNews-BnF

Maurice Leblanc nous parle d'Arsène Lupin

Publié le 30/08/2017
RetroNews illustration : Les Trois Crimes d'Arsène Lupin, dessin de M. Lecoultre - Source Gallica BnF


Conteur, romancier, auteur de théâtre... Maurice Leblanc est l'un des auteurs français les plus populaires, mondialement connu pour son facétieux personnage d'Arsène Lupin.

Qui ne connaît Arsène Lupin ? Pourtant, bien avant de créer son gentleman cambrioleur, Maurice Leblanc a publié des dizaines de contes et nouvelles psychologiques dans la presse française.

Chez ma tante est publié en 1891 dans La Caricature.

Une femme paraît dans Gil Blas en 1893.

Voici des Ailes ! est publié en 1897, toujours dans Gil Blas.

Son œuvre est très imprégnée de Gustave Flaubert et de Guy de Maupassant, ses maîtres.

Sa carrière d'écrivain bascule en 1905 : il vient de créer un certain Arsène Lupin... qui ne tardera pas à lui valoir une renommée mondiale. Les premières éditions d’Arsène Lupin sont publiées dans Je sais tout, un mensuel édité par Pierre Lafitte. C'est lui qui lui a passé à commande à Maurice Leblanc d'un roman policier donc le héros s'inspirerait de l'anglais Sherlock Holmes.

La série Arsène Lupin comptera 17 romans et 39 nouvelles, ainsi que cinq pièces de théâtre, tous écrits de 1905 à 1941. Ses aventures enchantent les lecteurs, et en quelques années seulement, Arsène Lupin est un véritable héros populaire - et le chouchou de la presse.

En 1932, Maurice Leblanc est immensément célèbre quand, en séjour à Hossegor, il accepte, chose rare, de répondre à une interview pour la Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays basque. Au cours de cet entretien, où il est bien sûr question d'Arsène Lupin, le journal annonce que l'auteur leur "confie, à l'ombre des pins d'Hossegor, quelques secrets..." Sur la naissance de son héros, il dit :

"C'était en 1904. Pierre Lafitte avec qui j'étais et reste très lié, venait de fonder "Je Sais Tout". Il me demanda pour ce magazine une nouvelle que j'intitulai : "L'Arrestation d'Arsène Lupin". Je n'avais nullement pensé donner une suite à cette nouvelle qui était un tout. A ce moment-là, le récit d'aventures n'étais pas estimé, et je crus ma collaboration accidentelle à "Je Ne Sais Tout" comme ne devant pas avoir de lendemain. Mais Pierre Lafitte ne me perdit pas de vue et vint me demander une suite à "L'Arrestation d'Arsène Lupin", en me recommandant cette fois de faire évader mon héros de sa prison... Cela me paraissait impossible."

Avant d'insister à nouveau sur l'importance de Pierre Lafitte dans cette aventure :

"Si je dois le succès d'Arsène Lupin un peu à son nom, si banal, si facile à prononcer et à retenir, je le dois beaucoup à mon ami qui m'a poussé à enchaîner successivement les péripéties et à continuer ainsi la collection".

Maurice Blanc continue sur l'évolution du personnage :

"[...] j'ai pris en affection Arsène Lupin. J'ai appris à cultiver "mon" jardin. Au roman psychologique auquel je me suis voué, il manquait de l'action. Je pris cette dernière comme guide et cela m'a entraîné dans le roman d'aventures. [...]  Il m'arrive de recommencer quatre et cinq fois le même chapitre. Voici par quel procédé technique Arsène Lupin, personnage peu banal, est devenu le héros d'une épopée la plus étrange qui soit. [...]

- Et qu'est-il devenu depuis 1904 ?

- Au début, il fut pétri de canaillerie. Méditer de sales coups était pour lui règle de conduite et la seule règle de sa vie. Ah ! Le voleur ! Pendant la guerre, il m'a complètement dégoûté. Il prit des airs d'embusqué mais a su tout de même utiliser ses qualités pour servir la France. Dans "Triangle d'or" et "Eclat d'obus", il est plutôt ce qu'on appelle "réactionnaire". Après la guerre, mon bonhomme devint presque honnête, aimable, très bourgeois ; il acquiert l'instinct de propriété et la police n'a presque plus rien à faire avec lui."

Il faudra attendre 1937 pour que le premier Lupin soit porté à l’écran en France avec Arsène Lupin détective de Henri Diamant-Berger. 


Maurice Leblanc
Arsène Lupin

Découvrez aussi

La pièce du jeune Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, est présentée pour la première fois à Paris en 1897. C'est un triomphe absolu.
En 1923, Le Diable au corps, écrit par Raymond Radiguet à seulement 17 ans, crée la stupeur et suscite une avalanche de réactions passionnées.
En 1875 paraît l'édition française du recueil de gravures "Londres : un pèlerinage", chef-d’œuvre du dessinateur Gustave Doré, sur un texte de Louis Énault.
Auteur de plus de quatre mille lithographies, Daumier a révolutionné l'art de la caricature.
L’œuvre d'Alexandre Dumas a d’abord été publiée en feuilleton dans Le Journal des Débats Politiques et Littéraires, avant de devenir l'un de ses romans les plus célèbres dans toute l'Europe.
Cette nouvelle du célèbre écrivain américain parut sous forme de feuilleton en 1886, dans "La Lanterne". Elle reste l'une des plus connues de son auteur.
ScrollTop
Loading…