Guernica en 1937

Vue extérieure du pavillon espagnol présenté à l'Exposition internationale de Paris, 1937
Dossier
#CONFLITS ET RELATIONS INTERNATIONALESMassacre 

Guernica en 1937

#
La IIIe République (1870-1940)
#
26 avril 1937

#bombardement #guerre civile espagnole #Franco #Picasso #Guernica #Pays basque
Le 26 avril 1937, neuf mois après le début de la guerre civile espagnole qui oppose les Républicains à Franco, l’aviation allemande bombarde la ville de Guernica, au Pays basque espagnol. Cet événement, que l’on associe au tableau de Picasso, devient le symbole des horreurs de la guerre et préfigure la Seconde Guerre mondiale.
Auteur: 
Isabelle CHALIER
Date de l'évènement
26 avril 1937
Un bombardement médiatisé

En juillet 1936, l’armée espagnole soutenue par l’extrême-droite et les partis conservateurs, entre en soulèvement contre la République espagnole, gouvernée par la gauche. L’Espagne est déchirée par la guerre civile. Les militaires, malgré leur avancée, échouent à s’emparer de Madrid et choisissent de se tourner vers la Biscaye au Pays basque (icono 1). C’est dans ce contexte qu’intervient le bombardement (icono 2) sur Guernica qui suscite une forte émotion à Bilbao, dans la presse basque et dans la presse française. Le chanoine Onaindía, présent lors du bombardement, se rend alors en France pour témoigner de la destruction auprès de la presse. Il délivre ses informations d’abord au journal Sud-Ouest, témoignage repris abondamment par d’autres titres. Le 5 mai 1937, L'Humanité s’exclame à la une « Ne laissons pas assassiner le peuple basque ! » et consacre une bonne partie de son numéro aux propos du religieux qui plus tard, affirmera n’avoir rien dit au quotidien, jugé trop à gauche par l’Église.

Une presse divisée et mobilisée

Les dires du chanoine viennent mobiliser l’opinion catholique française qui soutenait jusque là le camp franquiste. En effet, bon nombre de gens font le choix d’adhérer à la cause basque et la droite française se divise sur le sujet. Ainsi L’Aube, journal chrétien et démocrate fondé en 1931, prend parti pour le Pays basque et consacre le 30 avril un éditorial au « martyr de Guernica ». L’Action Française, quant à elle, campe sur ses positions et soutient Franco et l’armée.  Elle propose le 5 mai 1937 un « nouveau témoignage sur Guernica ». Jean Dourec, envoyé par le journal en Espagne, se rend à Guernica pour contrôler « la véracité des faits » et retourne l’événement en dénonçant le rôle des autorités basques.  Cependant une bonne partie de la presse française ainsi que de l'opinion publique (iconos 3 et 4) se montre émue par le massacre. Ainsi Le Petit Journal le 30 avril 1937 titre « À Bilbao, chaque jour 10 gosses massacrés (iconos 5)…Un avion allemand est passé… ». La pression sur le Front populaire s’accentue afin qu’il intervienne clairement aux côtés des Républicains espagnols. Le Populaire, organe de la SFIO, lance un appel le 8 mai 1937 à sa une pour « l’envoi d’un bateau chargé de vivres » afin de ravitailler Bilbao. Mais Paris refuse d’intervenir et Franco s’empare de Bilbao le 19 juin 1937.

Guernica et Picasso

Pablo Picasso, qui vivait en France en 1937, découvre le bombardement dans la presse. À la demande des Républicains espagnols, il réalise une huile sur toile intitulée Guernica et destinée au pavillon espagnol de l’Exposition internationale de Paris de 1937. La Revue de l’art ancien et moderne d’avril 1937 rend compte de l’exposition et consacré un paragraphe à l’édifice commandé par le gouvernement madrilène, « une construction très simple, aux matériaux pauvres » et à l’œuvre du peintre « une terrifiante page blanche et noire du plus grand artiste espagnol, Pablo Picasso, vouant aux divinités infernales la guerre et ses atrocités ».

Price: 
12,99 €
Revue de presse

Analyse de Guernica de Picasso


« La peinture n'est pas faite pour décorer les appartements, c'est un instrument de guerre offensif et défensif contre l'ennemi » affirme Picasso. Aux horreurs perpétrées à Guernica, il répond par une œuvre monumentale et violente, à la portée universelle.
Date 09.12.2015
Durée 07min 52s
Auteur Grand Palais
# Picasso # Guernica # tableau # art engagé

Bibliographie

  • Severiano Rojo Hernandez, « Guernica : les presses basque et française face au bombardement »
    in El Argonauta español, 1, 2004
  • Herbert Southworth, La Destruction de Guernica. Journalisme, diplomatie, propagande et histoire
    Ruedo Ibérico, Paris, 1975
0
Aucun vote pour le moment
Identifiez-vous pour participer à la discussion
commenter

Le dossier a bien été ajouté à votre panier

ScrollTop
Loading…