Fraudes alimentaires à la une - Presse RetroNews-BnF

Fraudes alimentaires à la une

Publié le 30/08/2017
La récente affaire des œufs contaminés s’ajoute à la longue liste de scandales alimentaires de ces dernières années. Loin de se réduire à une préoccupation contemporaine, la question de la qualité de la nourriture fut l’objet, au début du XXe siècle, d’un vaste débat de part et d’autre de l’Atlantique, comme nous l'explique l'historien Dominique Pinsolle.

Le 1er août 1905, l’adoption de la loi sur la répression des fraudes en France s’inscrit dans la continuité de multiples polémiques auxquelles la presse a souvent pris part. En janvier 1902, par exemple, le quotidien Le Matin a...


Découvrez aussi

En 1894, un célèbre journaliste parisien raconte sa conversion à un régime (presque) sans viande.
Il est connu grâce au film que lui consacra David Lynch en 1980. En raison de sa difformité extrême, ce Britannique fut exhibé à Londres et en Europe, où le public se pressait pour le voir.
En 1902, la presse s'intéresse à un étrange cas de "démonomanie" : sœur Saint-Fleuret, une religieuse aveyronnaise, semble possédée par le diable.
Les abattoirs de la Villette, haut lieu de la culture alimentaire parisienne, sont jugés indignes dès 1920, trente ans avant leur fermeture pour vétusté.
Où l'on apprend l'existence d'une maladie handicapante, qualifiée par Mme de Sévigné de "persécution dont le diable afflige l’amour-propre".
Le 28 septembre, date de la mort de Louis Pasteur en 1895, est aussi celle de la Journée mondiale contre la rage. La première personne à avoir reçu le vaccin fut un jeune Alsacien de 9 ans, Joseph Meister.
ScrollTop
Loading…